En 2007, Mr. NING Elijah, professeur d’anglais réputé pour son efficacité, rencontre certains parents de ses anciens élèves à Douala au Cameroun. Ceux-ci se plaignent d’avoir déboursé un paquet d’argent afin que leurs enfants puissent suivre des cours d’anglais dans divers centres linguistiques et même à l’Université de Buea. Ceci afin que leurs enfants puissent réussir en anglais à l’école, aux différents tests d’anglais (TOEFL, IELTS, English Language Proficiency Test pour l’entrée à l’Université de Buea etc.) ou tout simplement augmenter leurs chances de trouver un emploi digne de ce nom.

Ces parents sont agacés parce qu’après avoir dépensé d’importantes sommes, ils n’ont constaté aucun changement réél dans les résultats de leurs enfants. Après une réflexion et une analyse menée par des enseignants chevronnés, le constat suivant se dégage:

PROBLEME CONSTATE MANIFESTATION ET ANALYSE DU PROBLEME SOLUTION PROPOSEE PAR LE B.I.E.P.
L’environnement peu favorable à la pratique quotidienne de l’anglais. L’apprenant vit dans une communauté purement francophone et n’a que quelques heures par semaines pour ‘apprendre l’anglais’. Avant d’entrer en cours, il/elle effectue toutes ses communications en français et dès la fin des cours, redevient francophone. Dans 95% des cas, l’apprenant oublie presque tout ce qu’il vient d’apprendre. En plus, la vie d’un apprenant est ponctuée par de nombreuses autres préoccupations et distractions (études, télé, amis, la famille, le téléphone, les soucis etc.) Pour asseoir une fondation solide, chaque apprenant doit subir une cure de désintoxication linguistique. Il doit s’extraire de son environnement habituel et s’implanter dans une communauté qui communique uniquement dans sa langue cible. Il est ‘contraint’ de réfléchir, lire, écrire et parler en anglais. C’est ainsi que la plupart d'anglophones au Cameroun, sont devenu parfaitement bilingues.
Le manque de mise en confiance et de suivi pédagogique de l’apprenant La plupart d'apprenants francophones ont honte d’ouvrir la bouche et de dire des choses pas ‘grammaticalement correctes’. La peur d’être moqué par son entourage freine énormément l’apprentissage de la langue. Ce manque de confiance et cette peur doivent être surmontés par:- les encouragements des enseignants à travers des témoignages personnels sur la façon dont ils ont appris le français. -Une aide pédagogique permanente et un soutien moral personnalisé venant des autres intervenants dans le programme. - Une correction méthodique et prompte des fautes commises avec explications répétées.
Le faible degré de motivation des apprenants. La plupart d'apprenants ne sont pas assez motivés pour cet exercice. Certains s’inscrivent par simple curiosité, d’autres parce que les parents insistent et d’autres encore parce que c’est une opportunité de se faire de nouveaux amis et de sortir de la maison sans être inquiétés. Un programme qui consacre un temps raisonnable au coaching personnel et de groupe, aux activités motivatrices et qui récompense l’évolution de chaque apprenant, peut tout changer.
Le programme, les méthodes et les outils d’enseignement mal définis et mal adaptés. La plupart de programmes utilisés dans les centres de formations sont une pâle réplique du programme d’enseignement de l’anglais dans le secondaire au Cameroun. La majorité des francophones qui n’arrivent pas à s’exprimer en anglais sont victimes de ces programmes et méthodes. Ils sont caractérisés par des cours magistraux ennuyeux, des activités et exercices mal exécutés et l’utilisation des méthodes et outils archaïques. On a parfois l’impression que la seule personne qui comprend et apprécie le cours c'est l’enseignant. Chaque apprenant a un passé avec l’anglais. Le BIEP vise à découvrir ce que celui-ci connaît déjà, organiser ces connaissances, ajouter ce qui y manque et lui montrer comment utiliser ces connaissances pour effectivement communiquer en anglais. Voilà pourquoi nous faisons appel au coaching, aux outils de motivations, aux activités qui donnent envie d’y participer et aux techniques modernes d’enseignement des langues.
Les enseignants qui démotivent les apprenants. Certains enseignants ne donnent aucune envie d’apprendre l’anglais. Non seulement certains donnent l’impression de ne pas bien maîtriser leurs sujets, mais communiquent très mal avec les apprenants. Certains même n’ont complètement rien à faire dans l’enseignement d’une langue surtout l’anglais. Nul n’ignore le rôle néfaste que certains enseignants ont joué pour décourager et démotiver les apprenants. Au BIEP, on ne les appelle pas des enseignants mais des FACILITATEURS. Tous sont très bilingues, jeunes, dynamiques, amusants, bien formés et motivés. Ils maîtrisent les techniques modernes d’enseignement des deuxièmes langues, les techniques de coaching et sont experts dans leurs domaines respectifs (Prononciation, conversation,présentation orale, grammaire anglaise, présentation écrite etc.). Après le recrutement des pensionnaires, une séance de recyclage est organisée afin de mettre tout le monde à la page.
Les effectifs pléthoriques et le cadre d’étude mal adapté. Certaines salles de classe vont jusqu’à contenir une cinquantaine d’apprenants. Cette situation ne favorise pas la participation effective et le suivi de chaque apprenant. Nul ne sait quand l’apprenant est présent ou pas et ce que celui-ci fait pendant les cours. 15 à 20 (MAXIMUM) apprenants par classe pour les jeunes et 6 à 8 participants pour les adultes. Ceci permet une interactivité maximale entre les apprenants et le facilitateur. En 90 minutes de cours, chaque apprenant a droit à la parole au moins 3 fois. Son travail est suivi à la trace par chaque facilitateur qui fait un rapport par apprenant lors des réunions hebdomadaires d’évaluation et propose des solutions à apporter aux lacunes de l’apprenant.
L’indiscipline et le manque d’un règlement intérieur acceptable et capable d’être appliqué. L’appât du gain et le manque de vision, poussent certains promoteurs des centres de formation au laissez-faire. Certains apprenants (mal intentionnés ou pas), profitent de cette situation pour se livrer aux activités qui n’ont rien à voir avec l’apprentissage de l’anglais. En ce faisant, ils entraînent et détournent leurs camarades et transforment le programme en un lieu de rencontres sociales et non académique. Bien que disposant d’un règlement intérieur standard, BIEP favorise la prise de décisions consensuelle dès le premier jour du programme. Ainsi, après un rappel des objectifs, les pensionnaires sont amenés à : - proposer et rédiger leur règlement intérieur, -adopter les sanctions à appliquer en cas d’infraction, - élire les personnes responsables de son application, et -signer ce règlement qui est ensuite distribué aux pensionnaires et à leurs tuteurs. Un système de contrôle est ensuite mis en place pour assurer sa stricte application. C’est aussi en quelque sorte une initiation à la gouvernance participative.

 

UN PROGRAMME UNIQUE EN AFRIQUE QUI NE CESSE DE PRODUIRE DES RESULTATS ETONNANTS:

Lancé en fin juillet 2009 pour sept participants francophones tirés au volet, le concept du BIEP n’a cessé d’évoluer et de s’adapter aux réalités du 21ème siècle. A ce jour, nous avons déjà formé plus de mille participants venus de 17 pays différents et âgés entre 7 et 69 ans.  La majorité de nos participants viennent évidement du Cameroun, suivi du Tchad, du Gabon, du Congo Brazzaville, de la RDC, de la Guinée Equatoriale, de la Cote d’Ivoire, de la RCA, du Mali, du Burkina Faso, de la Guinée Conakry, de la Mauritanie, du Sénégal, de France, de la Belgique, de la Suisse et du Canada (Quebec).

Tous sont satisfaits de leur passage ici et sont prêt à témoigner de notre efficacité mais surtout de notre sens élevé de professionnalisme et du respect de la parole donnée. Tous nos résultats sont immédiats, vérifiables et durables depuis notre création.

LES RESULTATS DE CHAQUE SEJOUR SONT PREVISIBLES ET PALPABLES AVANT, PENDANT ET LONGTEMPS APRES. (Voir les témoignages…)

 

CONTACT BIEP: Tél: (+237) 695030709 / 677518487 / 242660373

E-mail: biepcameroon@gmail.com / contact@biepcameroon.com / bueaintensiveenglishprogram@gmail.com

Testimonies

Newsletter

Restez au courant de toute l'actualité du BIEP. Entrez votre Adresse e-mail ici.